La COVID-19 aux États-Unis

La COVID-19 aux USA | Les développements à prendre en compte

La propagation de la COVID-19 aux États-Unis entraîne des conséquences, y compris pour les voyageurs qui veulent visiter le pays. Actuellement, il n’est possible de voyager de la France ou de la Belgique vers les États-Unis que dans des situations exceptionnelles et avec une dérogation spéciale. Même les voyageurs titulaires d’un ESTA ou d’un visa valide pour les États-Unis sont interdits d’accès au territoire américain en raison de l’épidémie de coronavirus. Néanmoins, les autorités américaines continuent de délivrer des autorisations de voyage (ESTA USA). Consultez cette page pour plus d’informations sur la COVID-19 aux États-Unis, l’interdiction d’entrée sur le territoire et les conséquences pour votre ESTA.

La situation actuelle aux États-Unis

Actuellement, le nombre de contaminations par la COVID-19 aux États-Unis a dépassé la barre des dix millions et ce nombre continue d’augmenter. À ce jour (10 novembre 2020), 237 835 personnes sont décédées aux USA à la suite de l’épidémie de coronavirus. La majorité des infections ont été enregistrées dans les États de Californie, du Texas et de Floride. La plupart des décès dus au coronavirus ont été signalés à New York, au Texas et en Californie. Les États-Unis sont le pays le plus sévèrement touché par le virus, suivi par l’Inde et le Brésil.

Le président Trump, qui a minimisé la menace du virus dès le début, a lui-même été testé positif à la COVID au début du mois d’octobre et a dû être hospitalisé. Cependant, cela n’a pas conduit à des règles plus strictes en matière de COVID dans le pays : le président continue à organiser des rassemblements et des réunions de campagne à grande échelle. Néanmoins, des restrictions de voyage strictes s’appliquent aux voyageurs étrangers qui veulent se rendre aux États-Unis et qui peuvent être porteurs du coronavirus.

La COVID-19 aux États-Unis

Un vaccin en cours de développement

Le président américain a declaré il y a quelque temps qu’il ferait produire un vaccin en un temps record et a affirmé qu’un vaccin serait sur le marché dès le mois d’octobre ou de novembre ; c’est-à-dire avant les élections présidentielles. Cependant, un grand nombre de sociétés pharmaceutiques ont déclaré qu’elles ne commercialiseraient qu’un vaccin contre la COVID-19 répondant à toutes les exigences strictes de sécurité, même si le président fait pression sur l’industrie en fixant un délai. Le 29 octobre, Anthony Fauci, membre du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le coronavirus, a annoncé qu’il n’y aura pas de vaccin aux États-Unis avant le mois de janvier.

Les mesures contre la COVID-19 aux USA

Afin de prévenir la propagation du coronavirus, plusieurs mesures ont été prises aux États-Unis. Certaines ne s’appliquent que dans certains États ou régions. Des concerts, des festivals et des évènements sportifs majeurs ont été annulés. Les étrangers qui se trouvent aux États-Unis doivent respecter les directives suivantes pour éviter la contamination par le virus :

  • Lavez régulièrement vos mains pendant 20 secondes avec de l’eau et du savon.
  • Utilisez un gel hydroalcoolique si vous ne disposez pas d’eau et de savon.
  • Touchez votre visage le moins possible.
  • Tenez-vous à deux longueurs de bras des personnes qui ne font pas partie de votre ménage.
  • Portez un masque dans les lieux publics, même si vous ne vous sentez pas malade.
  • Toussez ou éternuez dans un mouchoir jetable ou dans le pli de votre coude.
  • Nettoyez régulièrement les surfaces fréquemment touchées (telles que les poignées de porte, les interrupteurs, les claviers et les téléphones portables).
  • Soyez attentif aux symptômes du virus et faites-vous tester si des symptômes apparaissent.

L’ESTA USA est valide pour un séjour de 90 jours consécutifs au maximum en temps normal. Cependant, en raison de la COVID, des exceptions sont faites pour les voyageurs qui ne peuvent pas quitter le pays à temps actuellement. Pour des raisons de maladie, de restrictions de voyage dans le monde entier ou du nombre limité de vols des États-Unis vers l’Europe, il peut s'avérer compliqué de partir dans les 90 jours maximum de la durée de validité de l’ESTA. Le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, le U.S. Border Control Service, a donc annoncé qu’en raison de la pandémie de COVID-19, les voyageurs peuvent demander à rester 30 jours de plus aux États-Unis avec leur ESTA. Une demande de prolongation du séjour maximum de l’ESTA en raison du coronavirus peut être soumise auprès du U.S. Citizenship and Immigration Services Contact Center, à l’un des aéroports ou des postes-frontières américains, ou à l’un des Deferred Inspection Sites.

Les mesures s’appliquant aux voyageurs étrangers

Le 31 janvier, le président Trump a imposé une interdiction d’accès au territoire à toute personne ayant été en Chine dans les 14 jours précédant son arrivée aux États-Unis. Depuis la fin février, cela s’applique également aux personnes ayant été en Iran. Le 12 mars, une interdiction d’entrée a été émise pour les voyageurs venant de l’espace Schengen, interdiction également appelée Schengen Proclamation ou Schengen travel ban. Le 16 mars, le gouvernement a annoncé que l’interdiction d’entrée serait étendue aux personnes venant du Royaume-Uni et de l’Irlande, puis du Brésil. L’interdiction d’entrée a été introduite pour empêcher les voyageurs des pays européens de propager le coronavirus aux USA. Bien que le virus soit bien mieux contrôlé dans la plupart des pays de l’espace Schengen qu'aux USA aujourd’hui, l’interdiction d’entrée est toujours en vigueur.

Pays concernés par l’interdiction d’entrée

L’interdiction d’entrée aux États-Unis en raison de la COVID-19 signifie que les voyageurs qui ont séjourné dans l’un des pays de l’espace Schengen, au Royaume-Uni, en Irlande, en Chine, en Iran ou au Brésil dans les 14 jours précédant leur arrivée aux États-Unis ne seront pas admis. Les pays concernés sont donc les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Chine, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Iran, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

Les voyageurs ne sont donc pas interdits d’entrée sur la base de leur nationalité, mais sur la base des pays où ils se sont rendus durant les deux dernières semaines. L’interdiction d’entrée s’applique également aux personnes qui ont seulement pris une correspondance dans l’un des pays susmentionnés, même si elles n’ont pas quitté l’aéroport. Il n’est donc pas possible d’effectuer un transit ou une escale aux États-Unis si vous avez été dans un des pays mentionnés ci-dessus, non plus si vous avez seulement pris une correspondance ou fait une escale dans un de ces pays au cours des 14 derniers jours, même si vous avez un ESTA ou un visa valide. Pour pouvoir quand même se rendre aux États-Unis, il existe la solution de rester 14 jours dans un pays qui n’est pas concerné par l’interdiction d’entrée, et de se rendre ensuite aux États-Unis, sans faire d’escale ou de transit dans un des pays de l’espace Schengen ou un autre des pays sus-mentionnés.

Personnes autorisées à se rendre aux USA malgré l’interdiction d’entrée

L’interdiction d’entrée ne s’applique pas aux voyageurs de nationalité américaine et aux résidents permanents des États-Unis ainsi qu’à leur conjoint et à leurs enfants. En outre, une exception est faite pour les parents, les tuteurs et les frères et sœurs non mariés de personnes de nationalité américaine ou de résidents permanents des États-Unis âgés de moins de 21 ans. Ces personnes peuvent se rendre aux États-Unis même si elles ont été dans l’un des pays auxquels s’applique l’interdiction d’entrée sur le territoire dans les 14 jours précédant leur départ. Malgré la pandémie de COVID, ces voyageurs peuvent se rendre aux USA avec un ESTA et n’ont pas besoin de demander une autorisation ou une déclaration spéciale. Les personnes se rendant en avion à New York ou au Massachusetts doivent également remplir un certificat de santé avant leur départ.

Les personnes qui ne sont pas (de la famille proche d’un) citoyen ou résident permanent américain, mais qui ont une raison impérative de se rendre aux États-Unis pendant la crise du coronavirus, sont invitées à contacter l’ambassade américaine en envoyant un e-mail à ParisVisaInquiry@state.gov ou à BrusselsVisaInquiry@state.gov. Dans des cas exceptionnels, il est possible d’obtenir une dérogation à l’interdiction d’entrée.

Les conséquences pour l’ESTA USA

Malgré l’interdiction d’entrée sur le territoire, la demande d’ESTA peut toujours être effectuée en ligne. Comme avant la pandémie, les demandes sont traitées dans les 3 jours. Cependant, un ESTA octroyé ne signifie pas que vous pouvez réellement vous rendre aux États-Unis. En effet, l’interdiction d’entrée s’applique également aux voyageurs qui ont un ESTA ou un visa pour les USA en cours de validité. Comme l’ESTA est valable deux ans à compter de son octroi, sa demande peut être déposée à l’avance pour de futurs voyages aux États-Unis. Dès que l’interdiction d’entrée sera levée, votre ESTA pourra être utilisé, à condition que vous déteniez toujours le même passeport que celui qui a été utilisé pour la demande d’ESTA.

Avez-vous l’intention de vous rendre aux États-Unis après la levée de l’interdiction d’entrée ? Alors vous pouvez déposer une demande d’ESTA USA dès maintenant.

Demander un ESTA dès maintenant

Une fois qu’une demande d’ESTA a été déposée et a été traitée par le service américain de l’Immigration, il n’est plus possible d’annuler la demande. Comme l’ESTA est nominatif et lié à un passeport spécifique, il n’est pas possible de retourner l’autorisation de voyage après qu’elle a été accordée, même si le voyage ne peut pas avoir lieu en raison de la COVID-19. Les autorités américaines ne remboursent pas les frais payés pour l’obtention de l’ESTA, même s’il n’a pas pu être utilisé en raison de l’interdiction d’entrée. Pour obtenir une éventuelle indemnisation des dommages causés par l’épidémie de coronavirus, veuillez contacter votre compagnie d’assurance voyage, le voyagiste ou l’agence de voyages où vous avez réservé votre voyage.

Clause de non-responsabilité : la situation relative à la COVID-19 évolue très rapidement, ainsi que les mesures prises par le gouvernement américain. C’est pour cette raison qu’il n’est pas possible de garantir que les informations sur la présente page sont encore actuelles et à jour. Informez-vous de l’état actuel des choses en consultant régulièrement la présente page et en vous renseignant auprès de votre compagnie aérienne, de votre voyagiste et des autorités nationales.